La documentation technique, ou « documentation produit », comprend toutes les informations et les aides qui décrivent une installation, une machine, un appareil, un logiciel ou d’autres produits techniques et qui en indiquent l’installation, l’utilisation, l’entretien ou la réparation. En règle générale, cela inclut également les documents de conformité tels que la directive machines 2006/42/CE pour pouvoir apposer le marquage CE.

La traduction de la documentation technique impose des exigences particulières au traducteur, car elle doit :

  • respecter les normes applicables à la documentation technique également dans la traduction, par exemple la norme EN 82079-1 (Sécurité des machines – Notice d’instructions — Principes rédactionnels généraux) ou la DIN EN ISO 20607 (Sécurité des machines — Notice d’instructions — Principes rédactionnels généraux), qui s’appliquent spécifiquement à la construction mécanique ;
  • également tenir compte des versions en langue étrangère des normes applicables au produit – heureusement, les chapitres de « Termes et Définitions » pertinents sur le plan terminologique font souvent partie des avant-premières disponibles gratuitement chez les éditeurs ;
  • toujours être rédigée de manière claire et facilement compréhensible, mais en même temps être adaptée à l’usage courant de la langue cible (style nominal ou style verbal, utilisation de phrases actives ou passives, pas de phrases à tiroir ou à rallonge, etc.) ;
  • et elle doit utiliser de manière correcte et cohérente la terminologie technique courante dans la langue cible et la terminologie propre à l’entreprise.

En vue de la traduction, une autre difficulté souvent rencontrée est que de nombreuses documentations techniques ne sont pas rédigées et traduites par des rédacteurs techniques qualifiés, mais par des ingénieurs ou des développeurs qui apportent leur haut niveau d’expertise, mais qui ont souvent une maitrîse inférieure de la langue par rapports aux éditeurs et traducteurs formés, et qui ne connaissent pas les normes documentaires applicables. Cela se reflète alors dans une utilisation incohérente des termes ou une formulation ambiguë – et pire encore, on paie des ingénieurs pour la documentation au lieu de leur propre spécialité, la conception.

C’est là qu’intervient DeFrEnT : M. Köbel va au-delà de la « traduction mot par mot » et vérifie votre texte source avec un œil vigilant et impartial. Il reste en dialogue avec vous pour éviter les malentendus dans la traduction et pour établir une terminologie uniforme. Cela vous aide à minimiser les risques de responsabilité – et en plus, vous recevrez du feedback gratuit pour améliorer votre texte source.

Badge: SDL Trados Studio 2017

Pour les traductions techniques, DeFrEnT utilise un environnement de traduction assistée par ordinateur (TAO). L’outil de TAO augmente la cohérence des textes livrés en proposant à nouveau des phrases déjà traduites ou similaires (mémoire de traduction), en reconnaissant les termes techniques et en proposant leur traduction correcte et convenue tout en avertissant des mots interdits (base de données des termes). Les outils automatisés de contrôle de la qualité augmentent la fiabilité de votre traduction, par exemple en vérifiant les nombres et les unités. Vous bénéficiez ainsi d’une qualité accrue et de délais de livraison plus rapides.